• La soustraction posée, avec et sans retenue

    Après un looooong travail sur le système de numération et l'addition, la technique de la soustraction posée (sans retenue) n'a pas posé de problèmes majeurs à mes élèves. Des supports analogues (merci le ruban word!), un matériel connu, et hop! Finger in the nose comme on dit Outre-Manche!

    Pour la soustraction avec retenue, c'est un autre histoire! 3 - 6 ? Impossible ! Alors on fait 6 - 3! Euh non! En mathématiques, on ne fait pas ce qu'on veut (c'est comme à la maison ou en classe, hein!)!!! Nous voilà donc repartis pour des semaines de manipulation, d'échanges, ... afin de comprendre le sens de la technique de la soustraction posée avec retenue.

    Qui dit soustraction avec retenue, dit souvent deux "écoles": la technique avec la retenue "ne haut et en bas" et la méthode dite "à l'anglaise" (avec "cassage" de la dizaine). Je ne vous cache pas que ma préférence va à la seconde ; je la trouve plus facile à comprendre et donc plus facile à enseigner. Nous avons donc parti pour des séances de cassage de dizaine avec le matériel de numération. Au final, de gros progrès à la clé!

    A noter que j'ai eu un coup de foudre pour le travail d'une collègue rencontrée sur un groupe de PE en ULIS qui utilise les oeufs Kinder pour figurer les dizaines: il suffit donc de les ouvrir pour "casser" une dizaine ! J'adore et je vais sûrement lui emprunter sa technique ( merci si tu passes par ici!). D'ailleurs, en cette période pascale, j'ai déjà détourné les maxi oeufs de mes enfants pour matérialiser les centaines... ^^

     

    Après tout ce bla-bla, voici la leçon qui conclut la séquence sur la soustraction.

    La soustraction posée, avec et sans retenue

    Télécharger « La soustraction posée.pdf »

    Pin It

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :