• En plus de phrases dictées régulièrement en lien avec le rituel du mot du jour, le groupe "des grands" apprend une liste de mots chaque semaine. Ces mots peuvent être en lien avec un son ou simplement des mots dont l'orthographe a posé problème pendant d'autres activités. Jusque là rien de bien excitant ni de bien original! La dictée de mots comme les enseignants la pratiquent depuis des décennies et dans un format qui est loin de motiver les élèves. Ajoutez à cela les problèmes d'attention et de mémorisation de certains élèves et vous avez la recette gagnante du fiasco orthographique programmé...

    Et bien cette semaine, mon petit moment "Nutella" vient de cette fameuse dictée ! Au programme, des mots contenant le son "gn". Dictée sur le cahier catastrophique ! Visiblement, les cahiers ont largement été délaissés au profit des sorties au parc et autres ballades à vélo (la faute au beau temps tellement rare dans notre région!). Ok ! On prend donc les mêmes et on recommence: copie des mots et nouvelle dictée programmée pour mardi prochain.

    Entre temps, hasard de l'emploi du temps et du calendrier, mes élèves participent avec leur classe de référence à un cycle de football et vendredi, une équipe de France 3-Lorraine est venue les filmer en plein effort. Retour tardif à l'école, il ne restait plus que 20min pour l'évaluation de géographie. On déplace donc l'évaluation à lundi (je déteste devoir faire les choses dans l'urgence, surtout une évaluation!) et on en profite pour réviser les mots de la dictée. Les élèves s'installent sur les ballons devant le tableau (vive la classe flexible!). Premier mot: une areigner... (visiblement la copie des mots n'a pas suffi pour mémoriser l'orthographe du pauvre animal!). Je lance donc une activité d'orthographe illustrée. J'avais découvert cette pratique il y a quelques temps grâce à des discussions sur des groupes parents/enseignants autour des troubles dys. Il existe de nombreux dictionnaires (chez Larousse par exemple mais j'en ai aussi trouvé celui de Sandrine Campese chez France Loisirs) ainsi que des ressources publiques comme le collectif suisse Gre10 expliquant cette technique et proposant des mots illustrés; de nombreux blogs reviennent également sur cette activité (chez Lutin Bazar ou chez Maitresseuh pour ne citer qu'eux) mais le plus efficace est encore de laisser les élèves imaginer leurs propres illustrations. Et quand il s'agit de dessiner, j'ai de véritables artistes...
     

    Comme quelques photos valent mieux qu'un grand discours (celui-ci est déjà bien long et la fatigue aidant, je ne suis pas sûre d'être bien claire), voici les productions de mes élèves... Je viendrai mardi vous dire si cela a conduit mes élèves à mieux retenir les mots de dictée. En tout cas, j'ai passé un excellent moment entre travail, détente et rigolade. Un de ces moments "Nutella" qui fait que j'aime mon métier !

    Orthographe illustrée

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    A chaque mot son histoire ... Le premier A de "araignée" est la toile, le second est transformé en bébé araignée alors que les deux "E" forme maman araignée.

    Orthographe illustrée

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    Le C de cigogne devient la tête de l'animal, le G une aile et le N les pattes du volatile.

    Orthographe illustrée

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    Oignon, une bel exemple de la difficulté de l'orthographe française... Ici, OI forme l'oignon tandis que la boucle du G devient une larme et on devine aisément le rapport...

    Orthographe illustrée

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    Ici le G est une princesse qui utilise le peigne formé à partir de la lettre P pour se préparer pour le bal ...

     

    Cette activité n'a de limite que la créativité des élèves. Et avec le résultat obtenu en 20 min, un vendredi soir, après 1h30 de foot, j'ai l'impression que cette activité a de beaux jours devant elle ...

    Pin It

    votre commentaire
  • Demain, retour à l'école pour 10 semaines (bon OK, 9 semaines avec la semaine "gruyère" qui s'annonce!). Pour cette période 5, nous allons reprendre le travail débuté en période 4 sur les adjectifs qualificatifs. Les exercices faits avec les vacances en autonomie m'ont donné des sueurs froides arf. Visiblement, la leçon est sue mais difficile à mettre en application. De belles séances d'analyses grammaticales s'annoncent donc pour mes élèves ! Je pense, à cette occasion, commencer à introduire la symbolique Montessori, en plus des personnages RSEEG. 

    De plus, la problématique de l'adjectif (localisation, utilisation dans des productions d'écrits) a également mis en évidence un manque de vocabulaire chez les élèves. Difficile d'avoir mieux que "grand", "petit, "énorme", "géant"! Aucun problème, je ressors ma banque d'adjectifs à manipuler! L'occasion de travailler les 5 sens, les contraires, les synonymes, les niveaux de langue, ... De belles séances en perspective !

    Nous avions déjà commencé la manipulation avant les vacances. Les étiquettes ont de nombreux avantages donc le plus important, à mon sens, est de limiter la double tâche (lecture des phrases à compléter-encodage de l'adjectif que l'élève veut utiliser) tout en développant le vocabulaire. Voici en photo une partie de ma banque d'adjectifs, tirés de nos lectures, de l'imagination des enfants, de la mienne (et du dictionnaire des synonymes de LibreOffice !).

    Banque d'adjectifs

    Télécharger « Banque d'adjectifs.pdf »

     

    Banque d'adjectifs

    Télécharger « Affichages_adjectifs qualificatifs.pdf »

    Pin It

    votre commentaire
  • Voici un projet que j'avais en tête depuis un petit moment : un jeu qui pourrait être utilisé par mes élèves en autonomie, seul ou à plusieurs, mais qui pourrait également ME servir de support d'évaluation (en atelier dirigé ou semi-dirigé). Après de nombreux essais plus ou moins concluants, j'ai choisi de créer un jeu mixant le plateau du jeu de l'oie avec le principe des catégories de questions du Trivial Pursuit.

    Règle du jeu : Chaque élève lance un dé à tour de rôle et doit répondre à une question de la couleur de la case sur laquelle il tombe :

    - jaune: conjugaison

    - orange: grammaire

    - bleu: orthographe lexicale

    - vert: orthographe grammaticale

    - rouge: vocabulaire

    - rose: lecture

    Réviser et évaluer en s'amusant ...

    Télécharger « plateau de jeu-A3.pdf »

    Pour chaque catégorie, des cartes de questions seront proposées sur le modèle des cartes à pinces que j'utilise régulièrement. Ainsi, elles pourront également servir en autonomie. Les cartes pourront évoluer en fonction des apprentissages en cours dans le dispositif et/ou en classe de référence.

    Durant la période 5, je vais travailler sur les pronoms personnels sujets avec un groupe. Voici donc les premières cartes de la catégorie "grammaire"...

    Grammaire:

    Réviser et évaluer en s'amusant ...

    Télécharger « cartes_pronoms.pdf »

     

    Conjugaison:

    Télécharger « cartes_imparfait.pdf »

    Télécharger « cartes_futur simple.pdf »

    Edit 20.05.18: Télécharger « cartes_futur simple_avec propositions.pdf »

     

    Orthographe lexicale:

     Télécharger « cartes_lettre finale muette.pdf »

     

    Orthographe grammaticale:

    Télécharger « cartes_a-as-à.pdf »

    Télécharger « cartes_son-sont.pdf »

     

     Vocabulaire:

     

    Lecture:

    Pin It

    votre commentaire
  • Comme promis aux personnes qui suivent le blog via la page Facebook, je prends quelques minutes en cette fin d'après-midi pour vous parler de mon acquisition du jour: la méthode Multimalin- conjugaison. Cette méthode est relativement bien connue des parents d'enfants présentant des troubles dys car elle a fait des merveilles chez de nombreux enfants quant à l'apprentissage des tables de multiplication. Pour l'avoir testée (et bien que sceptique au départ !), elle donne en effet d'excellents résultats chez les enfants avec des difficultés de mémorisation et/ou des troubles de type dyscalculie. Comment ? en se basant sur des images mentales ! Elle s'adresse donc en premier lieu à des enfants plutôt "visuels".

    Je dois vous avouer que je ne trouve pas les visuels très jolis dans la méthode Multimalin-mathématiques. Les histoires sont, à mon sens, compliquées et abracadabrantesques ! Mais le fait est que les élèves apprennent ET RETIENNENT (!!!) en s'amusant. Voilà pourquoi, j'ai décidé d'investir 24,90€ (prix Cultura) de mes propres deniers (ça servira bien un jour à mes enfants!) pour acquérir la petite soeur de la méthode mathématiques: Multimalin-conjugaison.

    Bon point: les visuels sont beaucoup plus jolis ! Chaque catégorie de verbes (pour ne pas parler de groupe...) est représentée comme un élément d'une jolie petite ferme avec tracteur, lapin, bottes de foin. Très mignon comparé à l'oeil globuleux qui figure le 6 pour les tables de multiplication. A titre d'exemple, le pronom personnel sujet "vous" est transformé en parterre de fleurs. Printanier à souhait !

    Mauvais point: L'absence de vidéos pour les auxiliaires "être" et "avoir". Toutefois, des visuels sympas sont disponibles dans le livret qui accompagne la méthode.

    Enfin, les histoires sont une nouvelle fois tirées par les cheveux mais c'est ce qui semble plaire aux élèves ! Je reviendrai donc compléter cet article quand j'aurai testé tout ça sur mes petits cobayes ;)

    La méthode Multimalin

     Site de l'éditeur

    A noter, que la famille Multimalin s'agrandira le 3 mai prochain avec une méthode d'orthographe que j'ai déja hâte de découvrir !

    Pin It

    votre commentaire
  • Je ne vous cache pas que la production d'écrits avec des élèves à peine lecteur a été un vrai casse-tête pour moi cette année. Peut-être, et même sûrement, parce que je mettais derrière le terme "production d'écrits", les rédaction et autre récits de vacances, de sorties ou de fêtes dont j'avais le souvenir.

    Avec des élèves à besoins particuliers, la production d'écrits, c'est d'abord des dictées de syllabes (qui n'ont pas été assez nombreuses à mon goût cette année) puis l'encodage de mots de plus en plus complexes (digrammes, trigrammes, lettres muettes, ...). Ainsi, à partir du mois de janvier, notre rituel de lexique "Le mot du jour" a été suivi de notre rituel d'encodage. Le principe est très simple: une vignette image est collée dans la marge du cahier du jour et les élèves écrivent le mot correspondant sur leur ardoise. Une fois le mot validé, ils le recopient en face de la vignette dans leur cahier. Chaque image est accompagné du nombre de lettres que doit contenir le mot; c'est un bon moyen de se corriger dans le cas de mot contenant des trigrammes comme le mot "chameau" que les élèves vont naturellement écrire "*chamo" dans un premier temps.

    A partir du mois de mai, ce rituel a évolué: le mot était à présent employé dans une phrase ! L'occasion d'utiliser les règles de grammaire et de conjugaison étudiées jusqu'à présent. Cet exercice est moins rébarbatif que les chapelets d'exercices que l'on peut trouver dans les livres (à mon sens !). Il demande d'y consacrer environ 30 min par jour (ce qui est beaucoup je le conçois). Lorsque chaque élève a sa proposition de phrase, je recopie au tableau toutes les propositions pour tous les mots de la phrase et on corrige ensemble. Chaque élève explique son choix en justifiant par une règle, un affichage, une référence, ...

    Comme une image vaut mille mots, je vous joins, en plus d'une centaine de vignettes-images pour vous lancer si cela vous tente, des photos de notre tableau avec quelques phrases du jour.

    Télécharger « Vignettes-images_encodage.pdf »

    Le rituel d'encodage et la phrase du jour

    Le rituel d'encodage et la phrase du jour

    * Aucune aubergine n'a été maltraitée pendant l'exercice ... winktongue

    Le rituel d'encodage et la phrase du jour

    Le rituel d'encodage et la phrase du jour

     

    Pin It

    2 commentaires


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique